<$BlogRSDUrl$>

27 mars 2006

Quand la démocratie accoude au pied du mur 


Avec l'ombre de Sharon (le gros et non la Stone...) qui plane sur ces élections en Israel, c'est à se demander quelle direction prendra encore l'État Hébreu. Toujours paralysé suite à un ACV, Sharon laisse de facto son siège à Ehud Olmert, dirigeant intérimaire du nouveau parti Kadima et par le fait même du gouvernement.

Ce nouveau parti, un de plus sur l'échiquier déjà impressionnant qui en compte plus d'une trentaine, part favori. Se qualifiant de formation centriste, Kadima attire d'ex-membres des Travaillistes et du Likoud sous un programme érigé par Sharon. Ce dernier se fout de la "Feuille de Route" proposée par le quartette que nous connaissons, et appelle à des actions unilatérales dans le but de séparer juifs et palestiniens. Le MUR, the WALL...z'avez vu?

Donc Olmert reprend là où l'autre a laissé et prétend travailler sur le tracé final des frontières d'Israël d'ici 2010. Dans les faits, ça veut dire achever ce mur lamentable (scusez-la), étendre les colonies et n'en faire qu'à se tête...

L'électorat israélien est déjà à ce point divisé qu'on est en droit à s'attendre à une simple reconduction d'Olmert-Sharon sous l'égide de Kadima cette fois. Reste à voir les alliances qui en découleront du fait qu'il n'y aura pas de majorité.

Avec un programme et un mentor rigide en Sharon, les Israéliens choisiront-ils de jouer les durs, ne voyant pas d'autre avenues. Une attitude semblable a mené à l'élection du Hamas, côté palestinien.

Le feu avec le feu. Bientôt Kadima et Hamas à la même table ? Peut-être pas le désastre attendu ! À voir.


This page is powered by Blogger. Isn't yours?